Evaluer sa capacité d’achat

Avant de se lancer dans la recherche du bien immobilier idéal, il est nécessaire de faire un point sur votre capacité d’achat pour vous rendre compte du budget que vous pourrez consacrer à votre projet, en prenant compte votre apport personnel et le montant de votre crédit. Pour un premier achat immobilier, des aides existent.

Regardez vos comptes

Faites un point sur vos ressources stables : vos salaires, 13ème mois, primes récurrentes, etc. et déduisez l’ensemble de vos charges de vos ressources. Le solde, additionné à votre loyer actuel, vous indique la somme disponible pour les nouvelles charges liées à votre projet immobilier. Il faudra compter le remboursement de crédit, les charges de co-propriété, les impôts locaux.

Evaluez votre apport personnel

En plus de votre épargne personnelle, votre épargne salariale (intéressement, participation, plan d’épargne retraite collectif, etc. peuvent être débloqué pour l’achat de votre résidence principale. Les prêts à taux zéro (PTZ) peuvent parfois être considéré comme de l’apport personnel mais pas toujours, selon l’organisme de financement.

L’apport personnel doit généralement représenter au moins les frais d’achat, c’est à dire les frais de notaire. Mais, de plus en plus de banques accordent des prêts à 110%, soit sans apport. Il faut par contre avoir une gestion de ses comptes irréprochable.

Trouvez des aides

Le plus célèbres lors du premier achat immobilier, c’est le prêt à taux zéro. Cependant, celui ci est soumis à quelques conditions spécifiques selon les villes. Il existe également le prêt Action Logement ou encore des aides des collectivités locales. Les banquiers ou les courtiers de crédit sont aptes à vous informer des différentes aides. Vous pouvez aussi vous rapprocher de l’ADIL qui conseille et informe sur les aides et démarches liées au logement.

Une fois tous ces éléments connus, vous pourrez définir vos besoins de financement. La règle du taux d’endettement maximale est de 33% mais elle peut parfois être adaptée selon le profil des emprunteurs. Pour un ménage dont les revenus seraient de l’ordre de 5000/6000 euros, un taux d’endettement de 40% peut être envisagé.”

Back to top